Destin...

Destinée..

 

 

 

Destinée…ou la Rose….


Ce matin un bouton clos et serré, pure merveille,

Timide vie sous l'odorante et divine rosée,

S'ouvre heureux, son corsage gorgé de soleil,

Aiguise nos sens gourmands; il nous bouleverse.


Avec la beauté des fruits de rouges groseilles,

Eclatent une à une ses dentelles, tendres sépales.

A l'ombre profonde, chaude des parfums de treille,

Son calice, doucement pour Le Jour Unique s'étale.


Sous les rayons évanescents, une robe s’évase

Voluptueuse tapisserie, en fine aquarelle,

Des perles de parfum volent et jacassent,

Vers le midi elles s'élancent, espérance de l'extase.


Son cœur transpire telle l'hydre, moiteur

Du cyprès aux aiguilles coupantes, mordorées.

Déjà, le soleil l'enveloppe dans sa torpeur

Ô ! jour qui dessina sa mort dès l'orée….!


Marine

 2/04/2002

©

 

 

 

 

Si le Roi m'avait donné Paris, sa grand'ville, j'aime mieux , au gué ! j'aime mieux ma mie

Antoinne de Navarre.

 

 

Commenter ce poème